Konenki
Vous lisez

Kilos émotionnels : s’en libérer pour perdre du poids sans régime !

0
kilos émotionnels: s'en libérer et perdre du poids sans régime
Nutrition

Kilos émotionnels : s’en libérer pour perdre du poids sans régime !

On ne se débarrasse pas par un régime des kilos émotionnels, qui empêchent la perte de poids. Si vous avez tendance à vous jeter sur la nourriture à la moindre contrariété ou à l’annonce d’une bonne nouvelle, vous êtes une mangeuse émotionnelle !  

Le poids émotionnel est la prise de poids due aux tentatives de l’organisme de faire face au stress par la consommation d’aliments. Si on veut perdre ces kilos émotionnels, il faut commencer un véritable travail sur soi. 

Pas facile, mais c’est la seule solution pour faire sauter tous les verrous qui vous empêchent d’arriver à votre poids idéal.

Nous sommes les plus touchées

Les femmes sont les plus nombreuses à être des mangeuses émotionnelles. Puberté, grossesse, ménopause, ces zones de turbulences qui traversent la vie des femmes les exposent davantage à ce phénomène. 

On prend en général 3 ou 4 kilos à la ménopause, mais les femmes qui prennent 15 kilos et à qui l’on dit « c’est la ménopause », non ! C’est l’impact émotionnel de la ménopause. 

Pourquoi ? 

Les émotions peuvent pousser à trop manger, ou à mal manger. Nous sommes attirées vers le sucre ou le gras.

Ce sont les émotions qui sont des produits de notre cerveau qui vont agir sur les hormones de l’appétit. Il y a ainsi des hormones qui ouvrent l’appétit, comme la ghréline, et d’autres qui le coupent, comme l’obestatine. Sans même changer son apport calorique, on peut grossir. 

Lors de ces compulsions générées par des émotions positives ou négatives, nous sommes attirées par ce que l’on appelle des « aliments doudous« . 

Une manière de retomber encore un peu plus en enfance, de choisir ses aliments comme des parents, une protection.  

On fait quoi ? 

Surtout pas de régime ! Cela aggraverait la compulsion, le stress et les émotions. Au contraire, il faut apaiser son esprit en ne l’agressant pas avec des injonctions, des limites, des contraintes. Rappelez-vous que le stress est l’ennemi n°1 de la perte de poids et de la santé en général.

Respectez les règles de base et ne privez pas votre organisme.

Mangez 3 repas par jour et équilibrez vos rations. 

Evitez de manger entre les repas.

Travailler sur soi 

Si vous voulez perdre ces kilos, il faut en identifier la cause et faire un réel travail. N’hésitez pas à consulter, un professionnel sera en mesure de vous aider à libérer vos émotions et à comprendre la cause de vos compulsions. 

Mais si vous vous êtes reconnue dans le portait de la mangeuse émotionnelle, vous pouvez déjà commencer à faire ce travail toute seule.

Comprenez la différence entre « besoin » et « envie ».

Quand vous avez des compulsions, réfléchissez un instant avant de craquer. Envie ou besoin ?

L’essentiel n’est pas d’éliminer complètement le stress et l’anxiété, mais plutôt d’apprendre à identifier les moments où votre prise de poids émotionnelle peut être déclenchée, afin, premièrement, d’éviter ces aliments malsains et « réconfortants » et, deuxièmement, de s’adapter à une approche plus positive du corps. IL faut apprendre à écouter son corps ! 

La prochaine fois que vous aurez une envie irrésistible de manger un gâteau, des chips, une boîte de beignets, arrêtez-vous une seconde et posez-vous ces questions :

– Qu’est-ce que je ressens en ce moment ?

– Ai-je vraiment faim ou est-ce qu’une de ces émotions me pousse à manger pour me calmer ?

Une fois que vous aurez identifié les émotions liées à votre alimentation, vous pourrez vous poser d’autres questions essentielles qui vous permettront de mieux comprendre la source de votre besoin compulsif.

– Quelle est l’émotion qui m’incite le plus à manger ?

– Pourquoi est-ce que je pense que je dois courir vers la nourriture pour me rassurer ?

– De quoi est-ce que je me protège ?

Trouver du plaisir ailleurs 

Une fois les causes identifiées, il convient de « multiplier toutes les sources de plaisir autres qu’alimentaires ». 

Sachant que contrairement à ce que l’on pourrait penser, les personnes qui mangent lorsqu’elles sont contentes sont plus compliquées à traiter : il faut en effet leur donner les moyens d’associer des émotions positives à autre chose que la prise alimentaire. 

Mais n’oubliez pas :  faites-vous plaisir, dorlotez-vous, prenez du temps pour vous, trouvez d’autres plaisirs doudous qui ne mettront pas votre santé en danger à long terme ! 

Pour en savoir plus https://www.konenki.fr/rencontre-avec-maela-le-borgne-nutritionniste-dieteticienne/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *