Konenki
Vous lisez

Complexes : mettre fin au « Body Shaming » pour aimer son corps !

0
complexes : mettre fin au body shaming pour aimer son corps
Moi

Complexes : mettre fin au « Body Shaming » pour aimer son corps !

Stop aux complexes ! Aimez votre corps maintenant

97 % des femmes disent qu’elles n’aiment pas leur corps. Selon Brenée Brown , la célèbre chercheuse en sciences humaines et sociales, qui a fait du « body shaming » son sujet d’étude, leur principale source de honte serait le corps et le poids. En effet, plus de 70% des femmes suivent un régime en grande partie dans l’espoir de le transformer… Comment en sommes-nous arrivés à cet état de honte corporelle persistante ? Comment mettre fin aux complexes et au Body shaming permanent que nous inflige notre société. Que pouvons-nous faire pour la surmonter et créer une image corporelle plus positive ?

Comprendre d’où vient la honte

Pourquoi les femmes sont -elles si complexées et cherchent-elles sans cesse à modifier leur apparence ? 

Si vous croyez que vous vous épuisez sur les machines uniquement pour votre bien-être, vous vous trompez sûrement. Vous êtes le résultat d’une société patriarcale qui encourage les femmes à rester petites et minces, de sorte qu’elles ne prennent pas beaucoup de place physiquement et émotionnellement. C’est la féministe américaine Sandra Lee Bartky qui a exploré cette idée ( voir lien vers article)  

« Le corps actuel de la mode est tendu, à petits seins, aux hanches étroites et d’une minceur à fleur de peau ; c’est une silhouette qui semble plus appropriée à un adolescent ou à une jeune fille nouvellement pubère qu’à une femme adulte. Comme les femmes ordinaires ont normalement des dimensions très différentes, elles doivent bien sûr se mettre au régime« .

Cette tyrannie de la sveltesse, pousse les femmes à chercher à maigrir, à se présenter à l’autre conformément à une norme qu’elles ne contrôlent pas. Plus fort, nous nous imposons ces règles nous-mêmes et nous nous maltraitons. C’est ce qu’Éliette Abécassis a appelé « le corset invisible ».

La réalité des canons de beauté qui nous mettent en échec inexorablement…Nous n’aimons pas notre corps!

La honte est un sentiment qui nous amène à penser que nous avons des défauts; que nous avons besoin d’être réparés pour être aimés et/ou acceptés. Les femmes intègrent très jeunes le fait qu’il faut changer ou modifier ce qui nous fait honte afin de pouvoir obtenir l’amour, la sécurité et le bonheur.

Ce sentiment de honte de notre corps, nous le devons à ce que nous renvoie sans cesse les médias, la culture et les réseaux sociaux. Il nous bombardent toute la journée avec « ce qui est désirable », « ce qui est acceptable »… Des images retouchées, des silhouettes non- atteignables sans chirurgie ou régime draconien, bref nous mettent continuellement en échec. Nous nous désolidarisons avec ce corps qui nous trahit, nous nous en détachons. Voici comment nous passons notre vie à essayer de le contrôler – en vain- cet ennemi qui ne fait plus partie de nous…

Les canons de beauté évoluent

Depuis quelques années, l’idée de minceur et de sveltesse s’est transformée. Il est bon d’avoir des courbes aux bons endroits. Mais ne crions pas victoire, même les publicités incluant du « body positive » gardent toujours les canons de beauté en tête et ses caractéristiques. Par exemple, si sur certaines pubs, les corps sont moins minces, ils sont quand même fermes ou jeunes ! Les corps féminins massifs, puissants et imposants inspirent toujours autant de répulsion.  Serena Williams et son constant bashing sur le net en est la preuve. Mais la tenniswoman assume son corps et ses jambes qui sont ses alliés !

L’idéal de beauté varie d’un pays à l’autre. 

Cet idéal qui nous complexe et nous rend malheureuse est fonction de la culture du pays. Pour preuve cet article du Huffington Post « Perceptions of perfections across the planet » :https://www.huffpost.com/entry/what-the-ideal-womans-body-looks-like-in-18-countries_n_55ccd2a6e4b064d5910ac3b0

Pour ce projet, des femmes graphistes du monde entier doivent créer à partir de la même image, le corps idéal. Certaines graphistes américaines ont produit une figure de sablier exagérée ; tandis que certaines nations européennes et asiatiques ont choisi de rendre le modèle si mince que son IMC estimé (selon une enquête réalisée) serait inférieur ou proche de 17,5. (pour info, les adultes anorexiques ont généralement un IMC inférieur à 17,5) !!!! L’expérience a mis des femmes aux commandes car elles sont les plus imprégnées de toutes le pressions sur le corps. Eh oui, nous sommes plus radicales que les hommes sur le « body-shaming ».

La majorité des graphistes ont eu le réflexe de photoshoper joyeusement l’image originale en lui donnant une poitrine pleine, une taille étroite et des hanches plus larges. En fait, la célèbre silhouette de « sablier » à la Marilyn Monroe et Kim Kardashian !

La silhouette sablier de Kardashian = la forme idéale pour satisfaire le besoin de reproduction de l’homme ! 

Devendra Singh, professeur au Département de psychologie de l’université du Texas, à Austin, s’est plongé pendant des années dans la littérature mondiale pour comprendre les lois de l’attractivité physique. Incroyable découverte, les traits du visage ou la forme du corps sont également des indicateurs « d’hormones sexuelles, de potentiel de reproduction et de santé ». Le Professeur Singh explique le rapport taille/hanche qui joue un rôle important dans la séduction est en fait un révélateur de la capacité de la femme à se reproduire. Les femmes qui ont un rapport taille/hanche plus élevé ( taille pas fine, hanches pas larges) « ont des cycles menstruels plus irréguliers, moins de cycles ovulatoires, elles ont des taux de grossesse plus faibles lors de l’insémination artificielle que les femmes ayant un rapport taille/hanche plus faible ( donc taille étroite/hanches larges), indépendamment de leur poids corporel« . Ainsi, il ne s’agit pas seulement d’être plus attrayant physiquement, mais c’est aussi un indicateur d’être désirable sur le plan de l’évolution. Le rapport taille/hanches idéal incarne « l’attrait de la figure du sablier » qui est ancré dans le cerveau – car il transmet des informations cruciales « sur la jeunesse, l’état de santé et la fertilité d’une femme ».

Voilà ce qu’on relaye à nos filles toute la journée et ce sur quoi nous fondons nos exigences ! 

Stop au Body Shaming 

Cette honte et cette image négative de notre corps nous poussent chaque jour à contrôler notre corps en nous affamant avec des régimes et en nous épuisant sans plaisir avec du sport. Evidemment, nous craquons, ce rythme n’est pas tenable à long terme. Alors, s’en suit la spirale de la honte : échec, culpabilité et honte du corps qui nous trahissent. Nous nous mettons toutes seules dans la catégorie « looseurs », l’image de notre corps se dégradant toujours plus.

Bonne nouvelle ! L’avantage d’une image, c’est qu’il ne s’agit que d’une représentation que l’on peut changer sans toucher au corps. Voici comment sortir du body shaming et changer l’image de son corps.

Acceptez votre corps tel qu’il est et retrouvez le plaisir !

Première étape, ne pas attendre que votre corps change pour l’aimer. On se dit toutes que ce doit être formidable d’aimer son corps, de le trouver beau. C’est vrai, mais on peut l’aimer tel qu’il est, sans condition…Tous les jours, soyez reconnaissant pour ce corps qui ne fait qu’un avec vous.

L’une des meilleures façons d’y parvenir est de renoncer à la punition et à l’exercice intense et d’adopter à la place des activités et rituels pour le célébrer joyeusement.

Faites une liste de toutes les activités que vous aimez, qui vous font bouger mais dans le plaisir. Ne cherchez pas le nombre de calories brulées, mais cherchez votre plaisir et de la bonne compagnie… Pourquoi pas la marche dans la nature, la natation, la danse, le yoga, le Pilates, la randonnée, le vélo, etc.  Ce n’est pas la peine de vous acharner seule dans un coin, vous n’avez qu’une vie, entourez-vous et kiffez !

Le principe est simple : mettre un terme aux expéditions punitives pour aimer son corps. Vous êtes belle aujourd’hui sans condition.

Faites une détox des réseaux sociaux et des magazines !

On se plonge volontairement en enfer tous les jours. Accordez-vous des moments de détox. Essayez de ne pas aller sur les réseaux sociaux dès votre réveil. Protégez-vous, écoutez de bons podcasts, écrivez votre journal, faites-vous un bon petit déjeuner en musique…Votre corps est votre allié. évitez de vous comparer à vos amies ou influenceuses. ce que vous voyez n’est pas la réalité.https://www.konenki.fr/unfuck-yourself-now/

Aussi, il faut éviter de parler négativement de son corps… On passe notre temps à l’insulter ( trop vieux, trop gros, etc..) . Il est temps de le traiter comme le plus précieux des partenaires. Vous n’insultez pas vos amis ? Vous ne les maltraitez pas ? Utilisez la même bienveillance avec votre corps. Tout comme la nourriture nourrissante a un effet positif sur notre corps, les pensées nourrissantes ont un impact positif sur notre monde intérieur.

Enfin kiffez un peu plus chaque jour !

On a tendance à attendre d’être au top pour kiffer. Quand on sera mince, quand on pourra remettre les bonnes fringues… Ne remettez plus rien à demain. En fait, la crise du Covid nous a appris qu’il fallait prendre ce qu’on pouvait prendre, ne pas remettre et profiter de la vie maintenant.

Devenez une exploratrice de kifs et faites-en plusieurs par jour. Insérez du jeu et du plaisir dans votre planning à la place des séances interminables de sport.

N’oubliez pas les mots de Brenée Brown « Guérir une image corporelle négative et sortir de la honte corporelle signifie passer de l’amour conditionnel à l’amour inconditionnel »

Pour aller plus loin..

https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/femme-science-decalee-hommes-preferent-fines-depuis-toujours-10222/

http://faculty.uml.edu/kluis/42.101/Bartky_FoucaultFeminityandtheModernization.pdf